6 mois en Amérique Centrale

P_20180319_132227_vHDR_Auto_redimensionner.jpg
DPW_7188_redimensionner.JPG
DPW_7598_redimensionner.JPG
tumblr_p2dggxQztX1qe6khfo9_1280.jpg
tumblr_p2dggxQztX1qe6khfo7_1280.jpg

Trois ans jour pour jour après mon voyage en Asie du Sud Est, jour pour jour, je repars pour un nouveau long voyage ! 

Arrivée à 6h30 à San José, la capitale du Costa Rica, je n’ai absolument aucun plan pour le mois qui arrive, avant de commencer mon volontariat chez Kindred Spirits.  Sortie de l’aéroport je rencontre Hector, un chauffeur de taxi qui me demande où je vais, je n’en ai aucune idée, ça le fait beaucoup rire. On discute (en espagnol ouais maggle) et convient qu’il me déposera à l’arrêt de bus direction Liberia, dans le nord du pays. Au passage il me donne pas mal de conseils, prodigués avec un grand sourire.

Cinq heures de bus plus tard j’arrive à Libéria dans la région des ranchs, en ayant traversé des paysages très divers, allant de la forêt tropicale en passant par les plaines volcaniques et les prés où paissent de jolies vaches aux yeux de biche et aux grandes oreilles. 

Je fais la rencontre de deux couples de québécois(es) sympathiques. On se rend ensemble aux jolies chutes d’eau de Llanos de Cortez. Les jolies vaches curieuses nous regardent bizarrement et viennent s’abreuver à nos côtés tandis que j’essaie de voir si le body language équin marche aussi sur les bovins.

Le lendemain on prend un bus pour la Playa de Coco, après avoir englouti un énorme déjeuner local de “Gallo Pinto con Huevos” (oeufs, riz et haricots noirs) dans un “Soda” soit une petite cantine pas chère. La plage est belle, bien qu’à la saison sèche les collines tout autour soient un peu desséchées, l’eau est chaude, les petits singes sont mignons, les jus de mangue sont pas chers, et les noix de coco sont partout. Le Costa Rica semble très propre comparé à l’Asie, très peu de déchets jonchent les routes, 

Demain, direction le Nicaragua, sur l’île d’Ometepe, puis dans la jungle, où je compte m’enfoncer une quinzaine de jours, en descendant le Rio San Juan. Mais pour cela il me faut un guide, ou un groupe auquel me greffer… Je reviendrais au CR début février et ce n’est que mi-mars que je pourrais vraiment l’explorer plus longtemps, accompagnée de Patrick. 

Hasta luego Costa Rica, tu me plais déjà, pura vida. 

AC