Le Costa Rica en Van

tumblr_p6vya690zQ1qe6khfo3_1280.jpg
img_tumblr_p6vy0jP74o1qe6khfo6_1280.jpg
tumblr_p6vya690zQ1qe6khfo4_1280.jpg
DPW_7011_redimensionner.JPG
DPW_7123_redimensionner.JPG
DPW_7176_redimensionner.JPG
DPW_6964_redimensionner.JPG
DPW_6967_redimensionner.JPG
DPW_6926_redimensionner.JPG
tumblr_p6vya690zQ1qe6khfo5_1280.jpg
DPW_7351_redimensionner.JPG
DPW_6929_redimensionner.JPG
tumblr_p6vya690zQ1qe6khfo2_1280.jpg

Le voyage a commencé en van. Un vieux van avec 160 000km au compteur, des suspensions plus très en forme, un évier dans le coffre et une tente sur le toit. On roulait à maximum 60km en première dans les côtes, et on se faisait dépasser par les cyclistes. Mais c’était un chouette van, qui nous a permis de camper sur des plages parfaites, et de voir des couchers et des levers de soleil magnifiques. Chaque soir est un concert, entre les grillons, les oiseaux et les singes hurleurs, Patrick est ravi d’enfin entendre les sons dont je lui ai parlé, et enregistre tous les solos qu’il entends.

La seconde nuit on s’installe sur une plage, à Tarcoles. Après avoir confirmé la possibilité d’y dormir avec les locaux on se baigne, de nuit. Le lendemain on fait la rencontre d’un gosse incroyablement curieux et intelligent qui me pose mille questions sur le van, et sur nous. Il a repéré le frisbee dans le coffre, on se lance dans une grande partie, à laquelle tous les gamins du coin viennent se joindre.  En partant, on avise un panneau que l’on avait pas lu la veille : Attention, ne pas nager, crocodiles. Oups.

La nuit suivante on fait tout le tour pour voir si des panneaux similaires existent sur notre nouveau spot. Rien. Baignade, dans la nuit noire. Au matin  Patrick vient me chercher en courant et m’emmène 500 mètres plus loin, où un groupe de pécheurs a attrapé une bestiole. C’est un croco, qu’ils ont ficelé et qu’ils essaient de sortir de l’eau. La bête a passé tellement de temps dans l’eau de mer que des coquillages sont incrustés dans ses écailles.

En descendant jusqu’à la péninsule d’ Osa, on aura eu la chance de voir des dizaines et dizaines de sortes d’animaux différents. Iguanes, ratons laveur, coati, agouti, grenouilles, trois sortes de singes, et des centaines d’oiseaux. Sur la plage d’Uvita, c’est un couple de Coatis qui vient nous dire bonjour, peu farouches, alors qu’on se repose à l’ombre. Dans la réserve de Carara, les iguanes viennent quémander à manger alors que l’on pique-nique. Le plus gros menace le petit. Il secoue sa tête et fait jaillir des jets de morve de ses narines en éructant. Quelques jours plus tard un autre iguane me fera le même coup pour m’intimider, alors qu’il bronze sur son rocher.

Depuis la péninsule d’Osa on se rend sur la côte Caribéenne, où je vis. C’est un long trajet, alors on a prévu de s’arrêter dans la montagne pour profiter de l’air frais. Sauf que le moteur et les suspensions du van en décident autrement. Tout lâche, sur une route poussiéreuse et peu fréquentée, en plein milieu des montagnes. La compagnie  qui nous a loué le van mets plus de 20h à venir, malgré nos indications de localisation et l’aide d’un type super sympa qui nous a amené au supermarché le plus proche pour nous ravitailler en eau.

Le lendemain, alors que l’ombre disponible se fait de plus en plus rare et qu’on commence à crever de chaud, ils débarquent enfin et nous demandent de payer les réparations et nous disent que si on est pas contents on peut toujours «appeler notre amigo (le type qui nous a aidé) et partir». Pas besoin de passer un coup de fil, deux minutes plus tard une jeep providentielle nous embarque, nous et nos sacs, les laissant ahuris sur le bord de la route. J’ai à peine eu le temps de lever le pouce qu’on était déjà partis.

L’aventure se poursuit en 4x4. Les paysages changent drastiquement. On passe des plages, des champs secs et de la jungle tropicale à…la Suisse. L’herbe est grasse dans les montagnes, les vaches ressemblent à celles de chez nous (dans le reste du pays se sont des Brama, comme en Inde) et on perds quelques degrés. Les nuits sont enfin fraîches ! On aperçoit le volcan de Turrialba, dont la dernière éruption remonte à la semaine précédente. On mange du Palmito, un des meilleurs fromages que j’ai jamais mangé.

Aude Castan